GEORGIO

GEORGIO

Originaire du 18ème arrondissement à Paris, une zone qui a vu plusieurs rappeurs talentueux éclore, Georgio, jeune MC évoluant alors entre l’esprit de la Scred Connexion et la plume de Hugo TSR, voyait l’héritage du 18ème couler dans ses veines. S’il est toujours attaché à ses origines, le rappeur s’en est affranchi depuis, notamment avec Soleil d’hiver sorti en 2013, ou il signifiait son envie de sortir du carcan purement rap.

Des envies confirmées par la suite sur Bleu Noir, son premier album solo. Un Georgio nouveau qui s’est révélé au fil des tournées et des festivals. Comme si, à la rencontre de son public, il avait exorcisé ses démons. Si Bleu Noir était la première pierre de cette démarche, Hera en est la remarquable suite.

Aux côtés de Angelo Foley, collaborateur régulier de Christine & The Queens, Georgio a réalisé un album capable de ravir autant un auditeur de Rock ou de Chanson qu?un nostalgique du rap hexagonal de la fin des années 90. Et surtout, derrière l’artiste, c’est l’homme qui a évolué.

L’adolescent aux pensées sombres et torturées de Mon Prisme a laissé place à un jeune adulte beaucoup plus positif. Tout au long de son dernier album, Georgio se montre combattif, déborde d’ambition et chante l’amour avec un grand sourire.
Georgio offrira son inspiration profonde au festival Holocène comme il offre un nouveau souffle au Rap français. Un rendez-vous Grenoblois immanquable le 10 mars à La Belle Electrique.