TIM DUP

TIM DUP

Il a 21 ans, des yeux transparents, un air juvénile, des textes intenses, une voix singulière. Le jeune homme n’a pas l’intention de se dissimuler derrière l’étoffe d’un personnage. Il serait même partisan de rester fidèle à lui-même, dans la vie comme sur la scène. Ainsi va Tim Dup, sensible et sincère.

« Je vais ici et là jouer de mon piano ». Instrument pratiqué depuis l’âge de sept ans et devenu son allié pour dompter la scène en solitaire. Sa chance est d’avoir atterri entre les mains d’un professeur qui a eu le don de repérer son talent, la patience de le laisser s’épanouir et sortir des cadres. Apprendre pour défaire. S’exercer puis créer.

De compositions en petites scènes, Tim Dup s’éveille. Le monde l’inspire, une anecdote, une situation, une redondance, une conversation et voilà qu’il se transforme alors en conteur d’histoires, développe son harmonie sur un ton qui lui va bien. Sa plume touche au cœur immédiatement.

Avec cette voix singulière qui ne ressemble à aucune autre, Tim Dup décrit la vie à sa manière, en brisant les étiquettes, en racontant le monde à double sens. Ni blanc ni noir, teinté d’un sombre optimisme.
Ce « ramasseur de souvenirs » hors format promène ses chansons hors cadre de scène en scène.

Tim Dup captive, bouleverse avec ses climats tempérants non tempérés, transforme l’atmosphère et rends l’air du temps respirable. Il ne pouvait être de meilleur écrin que L’ampérage pour accueillir les ondes vibrantes de Tim Dup et sa belle écriture au cœur du festival Holocène à Grenoble le 8 Mars.